Bill Gates travaille sur un contraceptif à dose unique et à longue durée d’action pour les femmes

La Fondation Bill & Melinda Gates a fait les gros titres après avoir accordé une subvention de 5 millions de dollars pour aider des chercheurs de l’Oregon Health & Science University à créer une forme de contraception de longue durée qui ne nécessite pas d’intervention chirurgicale.

Selon l’annonce de la subvention de la fondation, le financement sera utilisé pour “développer des méthodes supplémentaires sûres, efficaces, acceptables et accessibles de contraception permanente ou à très longue durée d’action qui répondront à un besoin non satisfait pour les femmes qui ont atteint le nombre d’enfants qu’elles souhaitent et ne veulent pas retomber enceintes”.

C’est une excellente nouvelle pour les femmes qui ont eu autant d’enfants qu’elles le souhaitaient et qui doivent soit prendre la pilule tous les jours, soit utiliser des préservatifs, soit alterner régulièrement les implants hormonaux jusqu’à la ménopause, soit convaincre leur partenaire de subir une vasectomie. Mais cette subvention a suscité des critiques de la part des organisations pro-vie, qui craignent qu’une forme de contraception à si long terme puisse être utilisée pour contrôler qui se reproduit et qui ne se reproduit pas.

Jeffrey Jensen, un gynécologue qui dirige des recherches sur la contraception à l’Oregon Health & Science University aux États-Unis, réfute cette affirmation : “Mon objectif est très simple : faire en sorte que chaque grossesse soit planifiée et hautement désirée”, a-t-il déclaré à Elizabeth Hayes du Portland Business Journal, citant une étude selon laquelle la moitié des femmes ougandaises ne souhaitent plus être enceintes, mais seulement 2 % d’entre elles ont accès à une contraception permanente.

M. Jensen vérifie actuellement si une mousse approuvée par la FDA et utilisée pour traiter les varices pourrait également servir de contraceptif de longue durée et, jusqu’à présent, les résultats des études sur les primates semblent prometteurs. Son groupe vient également de finir d’accepter les candidatures de chercheurs du monde entier pour explorer d’autres idées de technologie contraceptive.

Ce n’est pas la seule solution à long terme sur laquelle Bill et Melinda se penchent. L’année dernière, leur fondation a annoncé qu’elle avait accordé un financement de 6,7 millions de dollars à la société technologique MicroCHIPS pour développer un implant contraceptif télécommandé. L’implant active et désactive la libération d’hormones contraceptives et peut durer jusqu’à 16 ans, éliminant ainsi la nécessité de prendre des pilules quotidiennes ou de changer d’implant tous les deux ans. Le dispositif devrait être commercialisé d’ici 2018.

“La possibilité d’allumer et d’éteindre le dispositif offre un certain confort aux personnes qui planifient leur famille”, a déclaré Robert Farra, président de MicroCHIPS et chercheur au MIT, à Dave Lee de la BBC l’année dernière.

La puce, qui ne mesure que 2 cm x 2 cm x 0,7 cm, délivre chaque jour environ 30 microgrammes de lévonorgestrel, une hormone contraceptive, dans la circulation sanguine par le biais d’une petite charge électrique, mais elle peut être activée et désactivée à tout moment, ce qui permet à l’utilisatrice de contrôler le moment où elle tombe enceinte.

Si la technologie d’administration implantable est prête à l’emploi, les chercheurs s’efforcent désormais de garantir la sécurité du système.

“Quelqu’un à l’autre bout de la pièce ne peut pas reprogrammer votre implant”, a déclaré Farra. “Ensuite, nous avons un cryptage sécurisé. Cela empêche quelqu’un d’essayer d’interpréter ou d’intervenir entre les communications.”

La Fondation Gates ne se concentre pas uniquement sur les femmes. Elle donne également de l’argent pour le développement d’un préservatif qui soit réellement agréable au toucher, et cherche des moyens de mettre sur le marché des contraceptifs chimiques masculins.

Après 55 ans d’une industrie dominée par la pilule contraceptive, nous sommes ravis que la science soit enfin sur le point de proposer des options indispensables pour permettre aux femmes de prendre le contrôle de leurs choix en matière de reproduction.