C’est officiel : Nous avons enfin un vaccin contre Ebola qui est efficace à 100%

Des chercheurs ont mis au point un vaccin contre Ebola qui offre une protection à 100 % contre une souche particulièrement dangereuse de la maladie, sur la base de tests finaux effectués sur le terrain sur des milliers de personnes en Afrique de l’Ouest.

Bien que le vaccin ne soit pas arrivé à temps pour stopper l’épidémie de 2014 qui a débuté en Guinée, il pourrait être vital pour prévenir d’autres épidémies – et les experts en santé publique ont déjà stocké 300 000 doses du médicament pour la prochaine urgence.

Connu sous le nom de rVSV-EBOV, le vaccin a empêché le développement d’Ebola chez toutes les personnes auxquelles il a été administré lors de son test sur le terrain, et ses fabricants cherchent maintenant à obtenir l’approbation réglementaire du médicament afin qu’il puisse être utilisé à plus grande échelle.

“Lorsque la prochaine épidémie frappera, nous ne serons pas sans défense”, a déclaré la chercheuse principale Marie-Paule Kieny, de l’Organisation mondiale de la santé, à Donald McNeil Jr. au New York Times.

“Le monde ne peut pas se permettre la confusion et le désastre humain qui ont accompagné la dernière épidémie”

De nouveaux cas occasionnels d’Ebola sont encore signalés en Guinée, où les chercheurs ont testé une technique appelée “vaccination circulaire “. Cela signifie que dès qu’une personne contracte la maladie, le vaccin est administré aux personnes avec lesquelles elle a été en contact étroit.

Selon l’étude, aucune des 5 837 personnes ayant reçu le vaccin n’avait contracté le virus Ebola au bout de dix jours. En revanche, 23 nouveaux cas d’Ebola ont été recensés parmi les milliers de personnes qui n’ont pas été vaccinées.

C’est un résultat extrêmement prometteur, mais nous ne sommes pas encore complètement débarrassés d’Ebola : bien que le rVSV-EBOV fonctionne contre l’ébolavirus du Zaïre, le sous-type d’Ebola responsable de la plupart des infections humaines, il ne fonctionne pas contre les quatre autres sous-types.

Selon les chercheurs, le médicament entraîne également des effets secondaires indésirables, notamment des douleurs articulaires et des maux de tête. Si ces effets peuvent être acceptés en pleine épidémie, ils risquent de dissuader la population de se faire vacciner en période plus saine.

Le vaccin est composé de la protéine de surface du virus qui incite le corps humain à produire le virus de la stomatite vésiculaire (qui nuit au bétail mais ne rend pas les humains malades) et d’un anticorps anti-Ebola.

D’autres études sont en cours pour examiner les effets du vaccin sur les enfants et les sujets vulnérables (comme les personnes atteintes du VIH). Les promoteurs du vaccin espèrent que la demande d’homologation sera déposée d’ici à la fin de 2017.

Espérons que ce vaccin et d’autres semblables seront prêts à temps pour la prochaine épidémie.

“Ebola a laissé un héritage dévastateur dans notre pays”, déclare le directeur de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de Guinée, KeÏta Sakoba. “Nous sommes fiers d’avoir pu contribuer au développement d’un vaccin qui empêchera d’autres nations de subir ce que nous avons enduré.”

Les résultats de l’étude ont été publiés dans la revue The Lancet.