Cinq îles ont disparu dans l’océan Pacifique, et six autres sont en train de suivre le mouvement

Nous sommes tous conscients que le changement climatique se produit dans le monde entier, mais nous le voyons rarement en action. Au lieu de cela, la plupart des rapports visent à exposer les événements futurs avant qu’ils ne se produisent, afin de donner aux chercheurs suffisamment de temps pour s’y préparer ou pour limiter les dégâts.

Ce n’est pas le cas dans l’océan Pacifique, car des chercheurs australiens viennent d’annoncer que cinq des îles Salomon ont disparu en raison de l’élévation du niveau de la mer. Oui, comme dans un film catastrophe télévisé, cinq îles ont été englouties par la mer et, selon les chercheurs, le changement climatique en est responsable.

Selon l’étude, menée par des chercheurs de l’université du Queensland, le changement climatique a provoqué l’engloutissement complet de cinq îles récifales végétalisées sous l’eau, tandis que les côtes de six autres ont été presque entièrement érodées. Pour ne rien arranger, l’une de ces six îles a vu dix maisons emportées de son rivage vers la mer.

“Au moins 11 îles à travers le nord des îles Salomon ont soit totalement disparu au cours des dernières décennies, soit connaissent actuellement une érosion sévère”, a déclaré l’équipe à la presse. “Le recul du rivage sur deux sites a détruit des villages qui existaient depuis au moins 1935, entraînant des déplacements de communautés.”

L’équipe a pu mesurer l’ampleur de l’élévation du niveau de la mer dans les îles Salomon en analysant des images aériennes et satellitaires de 1947 à 2014, ainsi que des rapports historiques et locaux.

Au cours de cette période, l’équipe a surveillé 33 îles et a constaté que la région est un point chaud du niveau de la mer, qui augmente presque trois fois plus que la moyenne mondiale, rapporte l’AFP.

En plus de l’élévation du niveau de la mer, l’étude a également révélé que la région est touchée par l’énergie des vagues, qui, ensemble, peuvent rapidement éroder et détruire les côtes.

Bien que ces marées montantes n’aient causé qu’une petite quantité de destruction jusqu’à présent dans les communautés locales, c’est un signe clair que le changement climatique pourrait forcer la relocalisation dans un avenir proche – une question qui a déjà été soulevée dans d’autres régions du monde.

Malgré ces résultats, l’équipe ne propose pas de solution au problème. Au contraire, ils affirment que leurs techniques pourraient s’avérer utiles pour observer d’autres littoraux à l’avenir.

En fait, ils affirment que ce qui se passe actuellement dans les îles Salomon devrait constituer un message inquiétant sur les effets de la hausse du niveau des mers, en particulier pour les populations vivant dans les régions côtières. Ce n’est pas vraiment un bon signe, étant donné que la plupart des grandes villes sont situées près de l’eau.

Le rapport de l’équipe a été publié dans Environmental Research Letters.