Il y a désormais plus d’Américains obèses que d’Américains en surpoids

Le nombre d’adultes en surpoids et obèses aux États-Unis continue d’augmenter, selon une nouvelle étude qui révèle que plus des deux tiers des adultes américains âgés de 25 ans ou plus sont désormais en surpoids ou obèses.

La recherche a analysé les données de l’enquête nationale sur la santé et la nutrition (National Health and Nutrition Examination Survey), qui s’est déroulée de 2007 à 2012, et comprenait des informations sur un échantillon de 15 208 hommes et femmes. Sur la base de ces données, les chercheurs estiment que 39,96 % des hommes américains (36,3 millions) sont en surpoids et 35,04 % (31,8 millions) sont obèses.

Pour les femmes, on estime que 29,74 % (28,9 millions) d’entre elles sont en surpoids, tandis que 36,84 % (35,8 millions) sont obèses. Si vous faites le calcul, vous verrez que le nombre d’Américains adultes obèses (67,6 millions) éclipse désormais celui des personnes en surpoids (65,2 millions).

Ce qui est remarquable dans cette étude, menée par la faculté de médecine de l’université de Washington et publiée dans le Journal of the American Medical Association, c’est l’ampleur des chiffres pour la population américaine. Trois hommes sur quatre sont en surpoids ou obèses, et on peut en dire autant de deux femmes sur trois.

En d’autres termes, les personnes ayant un poids sain aux États-Unis ne représentent qu’une minorité distincte de la population, surtout si l’on tient compte du fait qu’une partie des personnes restantes dans ces chiffres sont en fait des personnes en sous-poids.

Les chercheurs ont constaté que la communauté afro-américaine est la plus touchée par l’obésité – 39 % des hommes noirs et 57 % des femmes noires – suivie par les Américains d’origine mexicaine, puis par les Blancs.

Une étude similaire a été publiée en 1999 et a révélé que 63 % des hommes et 55 % des femmes âgés de 25 ans et plus étaient en surpoids ou obèses. Il est donc clair que le problème n’a fait qu’empirer au cours des deux dernières décennies, malgré les efforts déployés par les pouvoirs publics et les professionnels de la santé pour apprendre aux gens à prendre soin d’eux en matière d’alimentation et de mode de vie.

“Il s’agit d’un signal d’alarme pour mettre en œuvre des politiques et des pratiques destinées à lutter contre le surpoids et l’obésité”, a déclaré Lin Yang, responsable de l’étude, dans un communiqué. “Un effort couvrant de multiples secteurs doit être fait pour arrêter ou inverser cette tendance qui compromet et raccourcit la vie de nombreuses personnes.”

C’est effrayant, mais il faut espérer que ces dernières recherches contribueront à galvaniser les efforts pour inverser le poids aux États-Unis et remettre une alimentation et un mode de vie sains à l’ordre du jour.