La Suède ambitionne de devenir la première nation sans combustibles fossiles au monde

Le gouvernement suédois a annoncé cette semaine qu’il consacrerait 546 millions de dollars supplémentaires aux énergies renouvelables et à la lutte contre le changement climatique dans son budget 2016, dans le but de devenir l’une des premières nations au monde à mettre fin à sa dépendance aux combustibles fossiles. Le pays n’a pas encore fixé de date limite pour cet objectif ambitieux, mais l’année dernière, il a annoncé son intention de faire de Stockholm, sa capitale, une ville sans combustibles fossiles d’ici 2050.

La tâche peut sembler considérable, mais le pays scandinave tire déjà deux tiers de son électricité de sources d’énergie non fossiles, principalement de l’hydroélectricité et du nucléaire, et il va maintenant s’attacher à accroître son potentiel d’énergie solaire et éolienne, ainsi qu’à rendre son secteur des transports plus durable. La majeure partie de l’augmentation du budget sera financée par des taxes plus lourdes sur l’essence et le diesel.

“La Suède deviendra l’un des premiers États-providence sans combustibles fossiles au monde”, a déclaré le Premier ministre Stefan Löfven à la presse. “Lorsque les réglementations européennes ne vont pas assez loin, la Suède ouvrira la voie”

Cette décision intervient après que la Suède a subi des vagues de chaleur extrêmes l’été dernier, et l’un des pires feux de brousse de l’histoire du pays. Le gouvernement s’est engagé à prendre des mesures pour protéger ses citoyens des effets du changement climatique à l’avenir.

L’un des gagnants les plus impressionnants du nouveau budget est l’énergie solaire, qui s’est vu allouer 58,4 millions de dollars par an entre 2017 et 2019, soit huit fois plus que son budget actuel, comme le rapporte Bloomberg Business.

Le gouvernement a également annoncé qu’il allait dépenser de l’argent pour :

  • les réseaux intelligents
  • les technologies de stockage des énergies renouvelables
  • une flotte de bus électriques
  • des subventions pour les voitures vertes
  • des stratégies d’adaptation au changement climatique
  • la rénovation des bâtiments résidentiels pour les rendre plus efficaces sur le plan énergétique.

Ce n’est pas un hasard si cette initiative intervient à quelques mois de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique de 2015, qui se tiendra à Paris fin novembre.

“2015 est notre chance, une chance de changer de cap, en dialoguant avec tous les pays du monde, vers une nouvelle voie de développement où nous pouvons réussir à générer du bien-être pour tous, non pas au détriment de la planète mais en coopération avec elle”, a déclaré un conseiller clé du Premier ministre, Johan Rockström, lors d’un point de presse.

Bien que ce grand bond en avant dans les dépenses soit nouveau pour le pays, la Suède a déjà un bilan assez impressionnant en matière d’action contre le changement climatique. Le gouvernement a récemment annoncé que plusieurs centrales nucléaires vieillissantes devaient être fermées de manière anticipée, sans qu’aucun remplacement ne soit prévu. Le mois dernier, on a appris que le nouveau parc éolien de Sidensjö avait ajouté 144 MW d’énergie éolienne au réseau.

Ce qui est le plus intéressant, c’est que la Suède n’est qu’un des nombreux gouvernements dans le monde à soutenir les énergies renouvelables. Hawaii a annoncé son intention de devenir l’État américain qui prend le virage. Au début de cette année, le premier État américain totalement alimenté par des énergies renouvelables et une ville du Texas ont été alimentés à 100 % par des énergies renouvelables pendant 75 jours, et le Danemark a réussi à produire 140 % de sa demande d’électricité à partir de l’énergie éolienne en juillet dernier.

Mais ces afflux d’énergie renouvelable ont été obtenus dans des conditions extrêmement favorables et, pour l’instant, il n’y a aucun moyen de stocker cette énergie pour une utilisation ultérieure, ce qui rend difficile l’élimination totale des combustibles fossiles. Si la Suède parvient à développer de nouvelles technologies de stockage de l’énergie, comme elle s’y est engagée dans son nouveau budget, elle pourrait bien montrer la voie. Que la course commence !