Le monde est en passe de tirer 26 % de son énergie des énergies renouvelables d’ici 2020

Ce n’est un secret pour personne que les sources d’énergie renouvelables telles que l’énergie solaire et l’énergie éolienne sont de moins en moins chères et de plus en plus efficaces, ce qui explique que les pays du monde entier commencent à adopter cette technologie. En fait, la capacité de production d’ énergie renouvelable augmente chaque année plus que celle du charbon, du gaz naturel et du pétrole réunis, ce qui est énorme.

Mieux encore, un nouveau rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) suggère que cette tendance n’est pas près de se ralentir. En tenant compte des projections concernant l’économie mondiale, le marché de l’énergie et les prix des combustibles fossiles au cours des cinq prochaines années, l’étude prévoit que la planète tirera 26 % – plus d’un quart ! – de son énergie à partir de sources renouvelables d’ici 2020.

À l’heure actuelle, la planète tire environ 22 % de son énergie de sources propres, principalement l’énergie solaire, hydraulique et éolienne. Passer à un peu plus d’un quart n’est donc pas un grand pas en avant, mais l’AIE considère qu’il s’agit d’une “évolution remarquable en un laps de temps très limité”. Et c’est la preuve que les mesures d’incitation à l’installation d’énergies renouvelables dans le monde entier fonctionnent.

Cette prédiction repose sur l’hypothèse que le monde ajoutera 700 gigagwatts – soit un milliard de watts – de capacité d’énergie renouvelable d’ici la fin de la décennie. Pour mettre cela en perspective, l’AIE note : “D’ici à 2020, la quantité d’électricité mondiale produite à partir d’énergies renouvelables sera supérieure à la demande d’électricité combinée actuelle de la Chine, de l’Inde et du Brésil.” C’est aussi suffisamment d’énergie pour alimenter deux fois la nation japonaise tout entière.

L’agence est parvenue à ce chiffre après avoir étudié les tendances de ces dix dernières années, puis surveillé de près les attentes futures, ainsi que les installations renouvelables déjà proposées.

Et au cas où vous vous poseriez la question, l’AIE – qui a été créée après la crise pétrolière de 1973 pour offrir des conseils indépendants aux gouvernements – est connue pour être conservatrice, il est donc très peu probable que ces prévisions soient gonflées.

Les nouvelles énergies renouvelables représenteront plus des deux tiers de toutes les nouvelles capacités de production d’électricité dans le monde, ce qui signifie que les combustibles fossiles disparaissent lentement. Enfin.

Même aux États-Unis, qui ont été notoirement lents à se mettre au service des énergies renouvelables, les choses commencent à bouger. Brian Merchant rapporte pour Motherboard que 40 % des centrales au charbon qui fonctionnaient aux États-Unis il y a cinq ans ont maintenant été fermées. Et des pays comme la Suède sont en train de se sevrer complètement des combustibles fossiles.

Mais malgré ces progrès, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant d’ajouter suffisamment d’énergie renouvelable pour atténuer les effets du changement climatique. Obtenir un quart de nos besoins énergétiques grâce aux énergies renouvelables, c’est bien, mais cela signifie que 75 % de notre électricité proviendra de la combustion de combustibles fossiles et de l’émission de CO2.

Les scientifiques ont montré que nous avons le potentiel et la technologie nécessaires pour atteindre une dépendance proche de 100 % à l’égard des énergies renouvelables d’ici à 2050, à condition de procéder à d’importants changements de politique dans le monde entier. Mais comme le montrent les projections de l’AIE, même si notre capacité en matière d’énergies renouvelables augmente rapidement, elle ne croît pas encore assez vite pour atteindre cet objectif.

“Les énergies renouvelables sont sur le point d’occuper la première place dans la croissance de l’offre mondiale d’électricité, mais l’heure n’est pas à l’autosatisfaction”, a déclaré Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE, lors d’une conférence de presse. “Les gouvernements doivent lever les points d’interrogation qui pèsent sur les énergies renouvelables si l’on veut que ces technologies atteignent leur plein potentiel et mettre notre système énergétique sur une voie plus sûre et plus durable.”

Nous ne pourrions être plus d’accord.