L’Écosse vient de produire plus d’électricité qu’elle n’en a besoin grâce aux seules éoliennes

Dimanche dernier, l’Écosse a réalisé un exploit : pour la première fois dans les annales, l’énergie éolienne a généré à elle seule 106 % des besoins en électricité du pays en une seule journée.

Le groupe environnemental WWF Scotland vient de confirmer que le 7 août 2016, les éoliennes écossaises ont pompé 39 545 mégawattheures (MWh) d’électricité dans le réseau national, alors que les foyers, les entreprises et l’industrie du pays n’avaient besoin que de 37 202 MWh.

“Bien qu’il ne soit pas impossible que cela se soit produit dans le passé, c’est certainement la première fois depuis que nous avons commencé à surveiller les données en 2015 que nous avons eu toutes les informations pertinentes pour pouvoir le confirmer”, a déclaré à l’Associated Press Lang Banks, directeur du WWF Écosse.

“Cependant, sur la voie d’un avenir entièrement renouvelable, cela marque certainement une étape importante.”

Avant d’entrer dans les détails, il faut d’abord émettre quelques mises en garde.

Dire que c’était une journée particulièrement venteuse est un euphémisme. C’était le chaos. La vitesse du vent a atteint le chiffre incroyable de 185 km/h dans certaines parties du pays, entraînant la fermeture des ponts, le retard des trains et l’annulation des ferries.

L’électricité a été coupée dans certains quartiers de Dundee, la quatrième plus grande ville d’Écosse, et une plate-forme pétrolière de 17 000 tonnes a été arrachée de son remorqueur et flottée sur le rivage.

C’était aussi un dimanche, ce qui signifie que les entreprises et les installations industrielles auraient eu besoin de beaucoup moins d’énergie qu’un jour de semaine, alors gardez cela à l’esprit.

Mais le fait que le pays ait pu réaliser cet exploit montre que les énergies renouvelables sont plus viables que jamais pour remplacer les combustibles fossiles.

Bien qu’elle possède les plus grandes réserves de pétrole de l’Union européenne (près de 60 % des réserves totales de l’UE), l’Écosse a misé sur les énergies renouvelables ces dernières années.

En avril dernier, elle a annoncé qu’elle avait généré 57,7 % de sa consommation d’électricité à partir de sources renouvelables en 2015, ce qui l’a placée à mi-chemin de l’objectif de s’alimenter en électricité 100 % renouvelable d’ici 2030.

Elle prévoit également de construire le plus grand parc éolien flottant du monde au large de Peterhead, une ville située à l’extrémité orientale de l’Écosse continentale. S’il décolle (pour ainsi dire), ce parc pourrait alimenter près de 20 000 foyers en électricité d’ici à la fin de 2017.

“Les abondantes ressources énergétiques de l’Écosse jouent un rôle essentiel dans la sécurité de l’approvisionnement en électricité du Royaume-Uni. Le gouvernement écossais s’est engagé à soutenir l’éolien terrestre, qui est l’une de nos technologies énergétiques à faible émission de carbone les plus rentables”, a déclaré un porte-parole du gouvernement à l’AP.

Alors que le coût de l’énergie éolienne est désormais équivalent à celui du gaz naturel, que l’Allemagne a récemment satisfait 95 % de ses besoins énergétiques quotidiens grâce aux énergies renouvelables et que le Portugal a connu quatre jours consécutifs entièrement alimentés par des énergies renouvelables, l’avenir de l’énergie est là.

Pour ma part, je souhaite la bienvenue à nos nouveaux maîtres des turbines.