Les bébés qui se font plus câliner semblent voir leur génétique modifiée pendant des années par la suite

La quantité de contacts étroits et réconfortants que les jeunes nourrissons reçoivent ne fait pas que les garder au chaud, bien au chaud et aimés.

Selon une étude de 2017, ce contact peut en fait affecter les bébés au niveau moléculaire, et les effets peuvent durer des années.

D’après l’étude, les bébés qui ont moins de contact physique et qui sont plus en détresse à un jeune âge finissent par présenter des changements dans les processus moléculaires qui affectent l’expression des gènes.

L’équipe de l’université de Colombie-Britannique au Canada souligne que cette recherche n’en est qu’à ses débuts et que l’on ne sait pas exactement ce qui provoque ce changement.

Mais elle pourrait donner aux scientifiques des indications utiles sur la façon dont le toucher affecte l’épigénome – les changements biochimiques qui influencent l’expression des gènes dans l’organisme.

Au cours de l’étude, les parents de 94 bébés ont été invités à tenir un journal de leurs habitudes en matière de toucher et de câlins à partir de cinq semaines après la naissance, ainsi qu’à noter le comportement des nourrissons (sommeil, pleurs, etc.).

Quatre ans et demi plus tard, des prélèvements d’ADN ont été effectués sur les enfants afin d’analyser une modification biochimique appelée méthylation de l’ADN.

Il s’agit d’un mécanisme épigénétique dans lequel certaines parties du chromosome sont marquées par de petites molécules de carbone et d’hydrogène, qui modifient souvent le fonctionnement des gènes et affectent leur expression.

Les chercheurs ont constaté des différences de méthylation de l’ADN entre les enfants “à fort contact” et les enfants “à faible contact” sur cinq sites spécifiques de l’ADN, dont deux se trouvaient dans des gènes : l’un lié au système immunitaire et l’autre au système métabolique.

La méthylation de l’ADN agit également comme un marqueur du développement biologique normal et des processus qui l’accompagnent, et elle peut également être influencée par des facteurs environnementaux externes.

Ensuite, il y avait l’âge épigénétique, le vieillissement biologique du sang et des tissus. Ce marqueur était plus faible que prévu chez les enfants qui n’avaient pas eu beaucoup de contacts lorsqu’ils étaient bébés, et qui avaient connu plus de détresse dans leurs premières années, par rapport à leur âge réel.

“Chez les enfants, nous pensons qu’un vieillissement épigénétique plus lent pourrait refléter une évolution moins favorable du développement”, a déclaré l’un des membres de l’équipe, Michael Kobor.

En fait, des résultats similaires ont été repérés dans une étude de 2013 portant sur la quantité de soins et d’attention accordée à de jeunes rats dès leur plus jeune âge.

Les écarts entre l’âge épigénétique et l’âge chronologique ont été associés à des problèmes de santé par le passé, mais là encore, il est trop tôt pour tirer ce genre de conclusions : les scientifiques admettent volontiers qu’ils ne savent pas encore comment cela affectera les enfants plus tard dans leur vie.

L’étude porte également sur moins de 100 bébés, mais il semble bien que le contact étroit et les câlins modifient le corps au niveau génétique.

Il est bien sûr admis que l’épigénétique des bébés humains. Le contact humain est bon pour nous et pour notre développement de toutes sortes de façons, mais il s’agit de la première étude à examiner comment il pourrait modifier l’organisme

Il incombera à d’autres études de déterminer pourquoi, et d’examiner si des changements à long terme dans la santé peuvent en résulter.

nous prévoyons de vérifier si l'”immaturité biologique” que nous avons observée chez ces enfants a des répercussions sur leur santé, notamment sur leur développement psychologique”, a déclaré l’une des chercheuses, Sarah Moore.

“Si d’autres recherches confirment ce premier résultat, cela soulignera l’importance de fournir un contact physique, en particulier pour les nourrissons en détresse.”

Cette recherche a été publiée dans la revue Development and Psychopathology.

Une version de cet article a été publiée pour la première fois en novembre 2017.