Les parcs éoliens de la Chine produisent plus d’énergie que les centrales nucléaires américaines

La Chine adore l’énergie nucléaire. Elle construit actuellement plus de réacteurs nucléaires que tout autre pays sur Terre et prévoit de tripler sa production d’énergie nucléaire d’ici 2020. Mais dans le même temps, elle mise à 100 % sur le potentiel de l’énergie éolienne, en développant sa capacité à la récolter à un rythme encore plus rapide que le nucléaire.

L’année dernière, la quantité totale d’énergie récoltée dans les parcs éoliens chinois a augmenté de 16 % par rapport à l’année précédente, ce qui est suffisant pour alimenter 110 millions de foyers. C’est assez incroyable. Comparés directement à leur production d’énergie nucléaire, les 115 gigawatts d’énergie éolienne produits par la Chine en 2014 ont éclipsé les 20 000 mégawatts (un gigawatt correspond à 1 000 mégawatts) de son secteur nucléaire, comme le souligne Richard Macauley sur Quartz, et sont supérieurs à la production totale d’énergie de toutes les centrales nucléaires des États-Unis.

Et ce n’est pas seulement une question d’environnement, précise Richard Macauley. La Chine a identifié l’énergie éolienne comme étant la forme d’énergie la plus pratique pour elle, car elle a du mal à produire suffisamment d’eau pour ses centrales nucléaires, et après la catastrophe de Fukushima au Japon en 2011, elle n’installe aucune de ces centrales sur des terrains exposés aux tremblements de terre. L’énergie éolienne a tellement de sens pour la Chine que l’Earth Policy Institute rapporte que son objectif est d’avoir 200 gigawatts connectés au réseau d’ici 2020.

J. Matthew Roney, de l’Earth Policy Institute, décrit la situation :

“La Chine construit le plus grand système de transmission à ultra-haute tension du monde, qui relie les provinces éloignées du nord et de l’ouest, riches en énergie éolienne, aux provinces plus peuplées du centre et de l’est. Dans le même temps, le gouvernement offre des incitations au développement de parcs éoliens dans des zones moins ventées et plus proches des centres de population. Les progrès de la technologie de l’énergie éolienne peuvent permettre de capter davantage d’énergie dans les endroits où les ressources éoliennes ne sont pas les plus importantes.”

Pour ne pas être en reste, le ministère américain de l’énergie a annoncé, dans son rapport Wind Vision récemment publié, qu’il est économiquement viable que la quantité d’énergie produite par ses parcs éoliens fasse plus que doubler au cours des cinq prochaines années, passant de 4,5 % des besoins énergétiques nationaux à 10 % d’ici 2020. Ils prévoient que ce pourcentage passera à 20 % en 2030 et à 35 % en 2050. Cela signifie, selon Brian Merchant de Motherboard, que les États-Unis pourraient fonctionner avec plus d’un tiers d’énergie éolienne dans moins de 40 ans.

Les chercheurs ont montré qu’il y a suffisamment de vent pour répondre sept fois aux besoins énergétiques du monde entier au cours des 20 prochaines années. Le fait que deux des nations les plus puissantes du monde commencent à s’intéresser à la question est plutôt encourageant.

Sources : Quartz, Motherboard,The Earth Policy Institute (en anglais)