L’ordinateur quantique de Google est 100 millions de fois plus rapide que votre ordinateur portable

Google a donné plus de détails sur son projet d’informatique quantique, qu’il mène en partenariat avec la NASA. L’entreprise technologique affirme que sa gigantesque machine de calcul quantique D-Wave 2X a élaboré des algorithmes à une vitesse 100 000 000 fois supérieure à celle d’une puce informatique traditionnelle, ce qui pourrait faire une énorme différence dans la puissance de traitement dont nous disposerons à l’avenir.

Dans l’informatique quantique (étroitement liée à la mécanique quantique), les bits quantiques (ou “qubits”) peuvent contenir simultanément les valeurs 1, 0 ou les deux, au lieu d’être réglés sur 1 ou 0 comme le sont les bits électroniques traditionnels. Les qubits sont de minuscules particules suspendues à des températures légèrement supérieures au zéro absolu. Plus on ajoute de qubits, plus la puissance de traitement disponible augmente de manière exponentielle. Les problèmes de données volumineuses, comme les prévisions météorologiques ou les analyses chimiques, pourraient être traités beaucoup plus rapidement grâce à la puissance de l’informatique quantique.

Nous n’en sommes pas encore là – du moins à notre connaissance – mais l’annonce de Google marque un nouveau pas en avant pour faire de l’informatique quantique une réalité susceptible d’avoir un impact considérable sur la technologie et la recherche scientifique. Comme le rapporte Jordan Novet de VentureBeat, cette annonce justifie également le travail effectué par D-Wave avec ses machines, qui ont également été vendues à des entreprises telles que Lockheed Martin et le Los Alamos National Laboratory.

Il n’est pas facile d’essayer de comprendre les nouveaux développements sans avoir un diplôme de physique et une maîtrise du jargon scientifique, mais essentiellement, les chercheurs ont effectué des tests simulés de puces informatiques standard et les ont comparés aux capacités du D-Wave 2X lorsqu’ils effectuaient les mêmes calculs – c’est là que l’augmentation de vitesse de 100 millions a été notée.

C’est un chiffre impressionnant, mais nous ne sommes pas encore à l’ère de l’informatique quantique. “Bien que ces résultats soient intrigants et très encourageants, il reste encore du travail à faire pour que l’optimisation quantique devienne une technologie pratique”, écrit Hartmut Neven de Google sur le blog de l’entreprise. L’équipe a également publié un article sur ses résultats.

La théorie de l’informatique quantique, c’est bien beau, mais nous attendons toujours la confirmation que ces idées peuvent réellement fonctionner dans la pratique. Comme le note Gizmodo, tout le monde n’est pas convaincu que le D-Wave 2X est un véritable ordinateur quantique. L’efficacité des algorithmes utilisés par Google dans sa simulation de la puce d’ordinateur ordinaire fait également l’objet de discussions, car ils auraient pu être optimisés davantage.

Tandis que les scientifiques débattent des divers mérites de cette super machine particulière, des entreprises comme IBM et Microsoft rejoignent Google dans la course pour déchiffrer le code de l’informatique quantique. Selon Microsoft, nous pourrions voir un ordinateur quantique fonctionnel dans les dix prochaines années – bien que D-Wave maintienne que la technologie nécessaire est déjà là.