Regardez : La science de l’héritage génétique est plus étrange qu’on ne le pensait

Une compréhension de base de l’héritage génétique nous dit que seul l’ADN est transmis à notre progéniture – des traits tels que les souvenirs, les cicatrices physiques et les muscles géants ne peuvent pas être transmis, car ils sont acquis par l’expérience de la vie, et non en modifiant le code génétique. Mais des preuves expérimentales récentes ont remis en cause cette hypothèse, et les scientifiques pensent désormais que nos expériences peuvent modifier la manière dont le code génétique de nos enfants est traduit par le corps. Bienvenue dans l’étrange et merveilleuse science de l’épigénétique, avec l’aimable autorisation de MinuteEarth.

L’épigénétique est l’étude de la façon dont notre génétique peut être contrôlée par des facteurs autres que notre séquence d’ADN, ce qui signifie que les informations d’une génération peuvent être transmises à la génération suivante et modifier certains traits sans affecter leur matériel génétique. Alors, comment cela fonctionne-t-il ?

Dans la vidéo ci-dessus, on nous présente une expérience au cours de laquelle des souris mâles ont appris à craindre l’odeur des fruits en recevant un choc électrique chaque fois qu’elles y étaient exposées. Au fil du temps, des neurones supplémentaires se sont développés dans leur nez et dans le centre de traitement des odeurs de leur cerveau, ce qui les a rendus super sensibles à l’odeur.

Ce n’est pas vraiment surprenant : le corps des rats réagissait à une menace, ce qui les rendait plus aptes à la sentir et à l’éviter. Ce qui est étrange, c’est que lorsque ces souris ont eu des bébés, elles ont également eu peur de l’odeur des fruits, et elles portaient elles aussi les neurones supplémentaires dans leurs bruits et leurs cerveaux. Tout comme les bébés des bébés. Comment cela a-t-il pu se produire, alors que les deux générations de souriceaux n’avaient jamais été confrontées à leurs pères ou à l’odeur de fruit ? Comme l’explique MinuteEarth, il est possible que la progéniture hérite d’un trait que ses parents ont appris par l’expérience. Il s’avère que le fait d’inspirer la peur aux pères souris a déclenché des changements génétiques, mais pas dans le code ADN lui-même. Elle a plutôt modifié la façon dont les instructions du code génétique étaient traduites et exécutées par l’organisme.

Dans chaque cellule vivante, il y a un code génétique et, en fonction des informations qu’il contient, certaines protéines sont produites pour effectuer des processus vitaux. Des interrupteurs chimiques appelés étiquettes épigénétiques sont fixés à l’ADN et peuvent activer ou désactiver les gènes, ou les augmenter ou les diminuer, afin que les cellules sachent quelles protéines produire et en quelles quantités.

Ces interrupteurs, appelés étiquettes épigénétiques, ne sont pas appelés ainsi pour rien : ils peuvent être modifiés par des facteurs autres que le code génétique. Ainsi, dans le cas des rats, la mauvaise expérience des pères avec l’odeur fruitée a fait exploser les étiquettes épigénétiques liées à la croissance des neurones dans le nez et le cerveau, ce qui a été transmis à leur progéniture et à la progéniture de leur progéniture.

Comment cela se produit-il exactement ? Regardez le dernier épisode de MinuteEarth ci-dessus pour découvrir pourquoi cela a tout à voir avec le sperme de souris, et comment ce type d’héritage génétique étrange ne s’applique pas seulement aux rongeurs – les humains ont montré des cas d’héritage épigénétique assez étonnants aussi.