Un nouvel article suggère que les antibiotiques peuvent améliorer l’autisme chez certains enfants

Un père a été stupéfait de voir l’autisme de son jeune fils s’améliorer de façon spectaculaire alors qu’il prenait un antibiotique pour une infection de la gorge.

L’Américain John Rodakis s’est alors mis en quête de comprendre pourquoi cela se produisait. Ce qu’il a découvert a été publié dans la revue scientifique Microbial Ecology in Health and Disease.

Rodakis, qui est un investisseur en capital-risque médical ayant une formation en biologie moléculaire et un MBA de Harvard, a commencé à examiner la littérature médicale.

Il a découvert qu’une étude réalisée en 1999 à l’hôpital Rush Children de Chicago décrivait un phénomène similaire chez les enfants autistes.

Après avoir parlé avec d’autres parents et cliniciens, il a découvert que des améliorations sous antibiotiques telles que celle que son fils a connue étaient fréquemment observées, mais pas bien étudiées.

“J’étais déterminé à comprendre ce qui se passait dans l’espoir d’aider mon fils et des millions d’autres enfants autistes”, a-t-il déclaré.

Cette quête l’a conduit au chercheur Richard Frye, responsable du programme de recherche sur l’autisme à l’institut de recherche de l’hôpital pour enfants de l’Arkansas. Ils ont entamé une collaboration.

“Les observations attentives des parents peuvent être cruciales”, a déclaré le Dr Frye. “En science, nous prenons ces observations, nous les soumettons à la méthode scientifique et nous voyons ce que nous trouvons. C’est ce qui peut conduire à des découvertes scientifiques révolutionnaires et à des percées dans le domaine.”

Il y a quinze ans, un autre parent d’autiste, Ellen Bolte, a formulé une hypothèse qui, à l’époque, était farfelue : les bactéries intestinales jouaient un rôle dans certains cas d’autisme.

Ses efforts ont débouché sur le petit essai clinique mené en 1999 à l’hôpital pour enfants Rush de Chicago, que M. Rodakis a découvert au cours de ses recherches.

Aujourd’hui, cette hypothèse s’est transformée en un vaste ensemble de preuves démontrant un lien entre le microbiome et l’autisme, également appelé connexion “intestin-cerveau”.

D’autres recherches ont montré que les enfants autistes avaient une diversité bactérienne moindre dans leurs intestins.

Dans son dernier article, Rodakis raconte comment les symptômes de l’autisme de son enfant se sont atténués alors qu’il prenait un antibiotique courant, puis résume les recherches récentes sur les mécanismes biologiques en jeu.

Rodakis ne suggère pas que les antibiotiques constituent un traitement de l’autisme, mais plutôt qu’ils peuvent être utiles comme outil de recherche.

“Les recherches actuelles démontrent que les bactéries intestinales jouent des rôles jusqu’alors inconnus dans la santé et la maladie, et ce dans tous les domaines de la médecine”, a déclaré M. Rodakis, “Il y a tout lieu de penser qu’elles jouent également un rôle dans l’autisme. J’espère qu’en étudiant ces enfants qui répondent aux antibiotiques, nous pourrons en apprendre davantage sur la biologie fondamentale de l’autisme.”